Eloge du corps

11 février 2019

Les Nanas D’Paname est un collectif solidaire de femmes prescriptrices créé il y a 7 ans.
Aujourd’hui le collectif compte 50 femmes venant de domaines, cultures, âges différents. Et c’est ce qui fait la force de cet énorme réseau où le talent est le maître-mot.
Les Nanas D’Paname portent un message : celui de faire évoluer les consciences et l’égalité homme-femme de manière saine et constructive mais aussi de soutenir l’entrepreneuriat au féminin, et de démontrer que la différence est une force.

L’image de la femme se démocratise, évolue, mais encore trop lentement. Juin 2018 : à l’approche de l’été, toujours la même rengaine. Sur le web, sur les publicités, dans les magazines, on voit des femmes grandes, très minces avec le texte associé : « comment perdre 5 kilos avant l’été » ou « Le régime idéal pour être belle à la plage » et autre « Challenge Bikini ». Nous sommes littéralement inondées de partout de diktats du corps parfait à acquérir absolument.
Le corps parfait n’existe pas, alors plutôt que de partir dans une quête perdue d’avance, apprenons à aimer notre corps, car nous sommes toutes uniques. Faisons de nos différences une force pour contrer ces fameux diktats du corps parfait et nous libérer de tout jugement, de toute comparaison.
Prescriptrices en ce sens, Les Nanas D’Paname représentent globalement les femmes grâce aux différents profils du collectif. Pas de quota, ni de physique type : une femme est belle par ce qu’elle dégage, parce qu’elle le décide.
Le collectif décide de s’attaquer au problème en proposant un projet aussi symbolique que visuellement impactant : THE LOVE YOURSELF PROJECT.
Une femme libérée des clichés stéréotypés sur le corps et de l’autocritique est une femme qui a beaucoup plus de chance d’être épanouie. Et oui, une femme épanouie est belle car elle rayonne.

Au côté de figures féminines emblématiques du girlpower, Chloé Bonnard, présidente co-fondatrice du collectif, a shooté 60 femmes en sous-vêtements, souhaitant raconter la relation qu’elles entretiennent avec leur corps à travers une photo et un témoignage personnel.
Vécu comme un vrai défi par la plupart des femmes qui ont sauté le pas, le projet a pu ainsi aider plusieurs centaines de femmes en ouvrant la voie vers un autre champ des possibles. Celui de pouvoir aimer son corps en toute liberté, de ne pas en avoir honte et de le mettre en valeur plutôt que de le cacher.

 

ELISA
Après sa prise de parole pour LE LOVE YOURSELF PROJECT version Maman, Elisa du blog Et Dieu Créa va plus loin pour le Salon International de la lingerie.

“J’ai toujours pensé qu’une femme avec quelques rondeurs est plus jolie avec une lingerie qui épouse sa silhouette et laisse deviner les formes de son corps sous les vêtements. La notion de confort est très importante pour moi. S’il m’arrive d’avoir envie d’être belle et sexy je me refuse à porter une lingerie trop corsetée : j’ai la désagréable impression d’être saucissonnée et contrainte.
Avec trois enfants, une vie très active et un travail prenant, cette lingerie contraignante ne me correspondait plus. Je n’ai pas ce qu’on appelle une forte poitrine, mais j’ai quand même besoin de soutien. J’ai fait le choix de me passer des soutiens-gorge avec armatures car la problématique du maintien n’en est plus une.
Quand le produit est bien construit par un bonnetier, un artisan avec une vraie connaissance en la matière, la poitrine est maintenue en souplesse. Cela ne se joue pas au niveau de l’armature mais à l’aide de bretelles mieux faites ou encore un dos plus étudié. Les vêtements sportifs en sont un bon exemple. Il s’agit juste de travailler les modèles autrement.
En plus d’être bienveillante pour le corps des femmes, cette nouvelle lingerie est jolie. On voit maintenant des pièces très raffinées qui n’ont plus rien à voir avec les premières brassières parfois peu flatteuses.
On trouve désormais des choses très délicates qui existent avec d’autres formes. Il y a une vraie transformation au niveau du style.
Je prends le parti d’être sans filtre dans ma communication et mes partages, pour ne pas mentir aux gens. C’est inutile et même contre productif. Je suis assez agacée par la vision de ces mères un peu trop idéales, voire idéalisées. On est beaucoup plus intéressantes avec nos failles. Nos qualités n’en sont que plus valorisées. Nous sommes loin d’être parfaites, avec des côtés qui pèchent et d’autres parfois formidables. Ça s’appelle une identité. ”

LE LOVE YOURSELF PROJECT version Maman, une collaboration avec le magazine LITTLE x LES NANAS D’PANAME

“Il aura fallu que je dépasse la quarantaine pour devenir à l’aise avec mon corps. Et pourtant, je suis trop ronde à mon goût, trop ronde par rapport à ce que j’estime être mon poids de santé.
J’ai souffert professionnellement, ces dernières années d’un très grand stress au travail, d’une surcharge mentale que j’ai compensée en m’enveloppant.
Ces formes que je vois aujourd’hui, ne sont pas le résultat de mes grossesses mais d’une protection que je me suis construite au travail afin de pouvoir tout gérer : vie de famille, carrière professionnelle ; jusqu’au jour où j’ai réalisé il y a quelques mois que cela suffisait.
Depuis, je me construis, professionnellement d’abord et mon corps reprend, peu à peu, du poil de la bête.
Je me suis mise au sport, je maigris très doucement, avec calme et bienveillance.
Et même si je pense devoir me muscler, perdre cette surcharge mentale transformée en poignées d’amour, j’aime mon corps. J’en suis fière. Il est capable de beaucoup, notamment d’avoir mis au monde trois enfants et surtout de tenir le coup quels que soient les moments que je traverse dans la vie. Il s’adapte, il fait en sorte que je ne lâche pas.
Ce que je vois aujourd’hui sur cette photo, c’est un corps qui a une histoire, un vécu, qui porte les traces des différentes étapes de ma vie.
Demain il sera peut-être plus musclé, en meilleure santé mais ce ne sera finalement qu’en adéquation avec moimême.
Ce corps est beau parce qu’il est moi tout simplement : parfaitement imparfait et pourtant féminin, harmonieux et dont chacune des courbes raconte ma vie et mon passé.”

Restez au courant des actualités du salon et du marché

Inscrivez-vous à la newsletter

Je suis

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux