5 May 2022 — Tendances

Le sourcing de proximité dans la lingerie et l’activewear

Partager sur

Fabrication française entre filière et patrimoine

Tout comme les fédérations, les fabricants et les marques, Interfilière Paris se mobilise pour renforcer et défendre les zones de fabrication plus proches. Après une augmentation des coûts du transport et de certaines matières premières comme le coton certifié biologique, les offres locales de production et de matières recyclées ou régénérées fleurissent. La récente annonce de projet d’investissement de Eastman et Loop pour deux sites français, qui dès 2025 recycleront plastiques et polyester en produit textile, confirme cette tendance.

D’un autre coté la tendance de marché est à la transparence & l’ultra-traçabilité. L’union du sourcing de proximité & du made in bon sens serait-elle une solution pour améliorer la situation peu durable de dépendance à l’importation ?

La systémie des territoires

Avant de brandir la proximité comme indicateur de performance durable, rappelons que la fabrication textile se divise en quatre étapes principales : filature, tissage ou tricotage, ennoblissement et confection. Dans la production, les autres indicateurs durables de performance liés au lieu de fabrication sont : l’écoconception qui va inclure l’impact et la fin de vie, la traçabilité et la transparence. La qualité durable devenant un critère par défaut.

Selon la marque ou le type de produit, chacune de ces étapes peut être réparties sur la chaîne de production. Cependant, il existe un enjeu de filière global régit par une logique de coût ou de savoir-faire. Au-delà du coût, cette logique se base sur la disponibilité des ressources, des industries et des compétences.

« Avec près de 2200 entreprises, dont 63% de PME, l’industrie textile française emploie plus de 61000 salariés.»

Union des Industries Textile, chiffres étude 2020-2021

La Fabrication française

Les conditions du terme fabriqué en France telles que nous les connaissons, sont vouées à évoluer avant une probable règlementation obligatoire d’indication du lieu de fabrication sur les étiquettes. La valorisation de savoir-faire est régionale et liée à la matière, comme avec les dentelles de calais Caudry (Jean Bracq, Noyon) ou les soieries lyonnaises (Les tissages Perrin). Elle est aussi issue de l’engagement d’industriels et des PME familiales qui investissent dans les équipements et la régénération de savoir-faire. (Bugis, Sofileta, Velcorex, Rocle by Isabella, MG2 création…)

En France, les organismes comme UIT Union industrielle textile ou le collectif Façon de faire, s’unissent pour rendre plus compétitifs la fabrication locale. Façon de faire rassemble un panel de fabricants de matières français et propose un label (SFE) garantissant que la totalité des étapes de tissage et de confection soient réalisées en France.

La fabrication française est très favorable pour :

  • Les marques établies propriétaires de leur outil de production et adeptes de la verticalité. Ex : Petit Bateau qui fait évoluer son site industriel pour de la fabrication à la demande, le groupe CL studio et son produit circulaire Chantelle One.
  • Les marques créateurs et DNVB qui s’engagent à échelle nationale ou régionale avec agilité et transparence. Ex: Réjeanne, Body Flair ou Les Pas Petits qui propose des maillots de bain recyclés tissés, conçus & confectionnés en France.
  • Les marques activewear offrant un produit très technique ou innovant.
  • Le luxe portant les valeurs de rareté et de savoir-faire unique. Ex : La maison parisienne Paloma Casile

« Produire en France était une évidence pour réduire l’impact carbone et stratégiquement c’est un vrai atout. Pour les matières, je source en France et en Europe, je suis la même vision et réflexion que pour la confection. »

Sara De Belloy, fondatrice des Pas Petits

Reconstruction & renforcement de filière

En 2021, le comité stratégique de la filière mode et luxe remettait son rapport au gouvernement, avec une série de propositions pour favoriser la relocalisation. Que nous parlions de fabrication française ou européenne, il est avant tout question de valorisation de patrimoine et de capacité de filière. Les filières restantes se sont souvent sédentarisées grâce au luxe et aux visions innovantes des marques créateurs, car elles ont compris l’enjeu de la ressource disponible et de la robotisation des chaines de production. Le phare dans la nuit de la fabrication française étant la marque Le Slip Français, dont l’ADN de marque est 100% défini par la proximité. Son fondateur et sa vision fertile ont largement contribuées à tous les développements d’unité de production ainsi qu’à la conscientisation du potentiel textile local, auprès du grand public et des institutions.

« Nous fabriquons en France parce qu’il y a un savoir-faire particulier et pour raccourcir la chaine de distribution »

Guillaume Gilbaut fondateur de la marque le Slip Français, 2020 au micro de la fabuleuse french fabrique.

La « réindustrialisation » participe à réduire les transports de marchandises et les invendus grâce à la production à la demande. Elle favorise le circuit court lorsque la matière est disponible sur place. Cela permet aussi d’appréhender le recyclage des matières, dont le cas français reste unique avec la loi AGEC. Selon l’UIT, relocaliser 25% de la production textile réduirait l’empreinte carbone de 3,5 millions de tonnes de CO2 soit l’équivalent de deux mois d’émissions de la ville de Paris.

Enfin, le développement des marques est de plus en plus contributif. Au travers la reconstruction de filière, l’investissement dans les parcs industriels ou dans la co-création de nouveaux matériaux, en France, on entreprend pour la sauvegarde d’un patrimoine, de la biodiversité, de l’emploi ou d’un savoir-faire d’excellence.

Interfilière Paris accompagnant aussi les fabricants de toute la zone Europe, dans le prochain article, on parlera de l’union Européenne & Zone Euromed qui apportent flexibilité et une gamme de prix et de technologie complémentaires au Made in France.

 Par Aude Penouty – ENTADA TEXTILE

5 May 2022 — Tendances

Le sourcing de proximité dans la lingerie et l’activewear

Partager sur